Strasbourg candidate : « Santé en mouvements, une ambition partagée »

slide nextmed1

L’Eurométropole de Strasbourg s’associe à de nombreux partenaires  du territoire pour saisir l’opportunité d’un appel à manifestation d’intérêt, dit AMI, lancé par l’Etat et devenir « Territoire d’Innovation de Grande Ambition ». A la clé ? 500 millions d’euros pour le financement de nouveaux projets et programmes en santé. 

PIA ? AMI ? CGI ?

L’appel à manifestation d’intérêt national, « Territoire de Grande Ambition », s’inscrit dans le cadre du 3ème volet du Programme d’Investissement d’Avenir (PIA) qui est piloté par le Commissariat Général aux Investissement (CGI).

Le PIA est un organisme crée en 2009 afin de relancer la compétitivité et la croissance économique du pays : « investir pour l’avenir » est son credo. Le 22 janvier 2010 était publié le décret portant création du Commissariat général à l’investissement, placé auprès du Premier ministre, et d’un comité de surveillance des investissements d’avenir. Ce commissariat allait devenir le garant de ces futurs investissements. Le PIA se traduit par des appels à projets nationaux destinés à sélectionner des dossiers d’excellence, innovants et à fort potentiel de croissance. À titre d’exemple, il apporte des financements pour la structuration des universités de recherche, met en place des organismes de valorisation de la recherche, finance des dossiers industriels et collaboratifs tant dans l’économie numérique que la biotechnologie ou la chimie verte, les technologies marines…

« Territoires d’Innovation de Grande Ambition » : un appel à projet pour changer les territoires

Le PIA 3 a lancé, fin du 1er semestre 2017, un appel à manifestation d’intérêt visant à contribuer au développement de nouveaux modèles économiques, et renforcer les écosystèmes d’innovation locaux en intégrant usagers et habitants sur toutes les thématiques possibles. En effet, chaque territoire étant libre de se positionner sur un sujet donné, sur lequel il sentait que le déploiement d’actions et la capacité de réellement transformer son territoire était possible : mode, gastronomie, culture, tourisme, agriculture, tous les thèmes sont ouvert sous réserve que le dossier soit structuré, que la gouvernance soit forte et que la vision et les actions qui en découlent transforment en profondeur le territoire.

Strasbourg, une continuité stratégique : la santé

Strasbourg, déjà reconnue pour l’excellence de sa filière santé, porte sa candidature sur cette thématique spécifique avec l’ambition de répondre à certains des enjeux majeurs de notre ère contemporaine : la démultiplication des maladies chroniques, le vieillissement croissant des populations, la dématérialisation du système de soins et les problèmes environnementaux.

Ce sont plus de 10 000 habitants de l’Eurométropole qui sont admis chaque année en affection de longue durée (ALD). Les maladies cardiovasculaires, les cancers et le diabète représentent 70% de ces admissions, avec des taux particulièrement élevés à Strasbourg.

Des partenaires institutionnels de la candidature…

En lien avec la Ville de Strasbourg, l’Université de Strasbourg, les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (HUS), Alsace Biovalley, la Caisse des Dépôts, l’Institut de Chirurgie téléguidée par l’Image (IHU), le Département du Bas-Rhin, l’ABRAPA, l’Agence régionale de santé, la CPAM, le SGARE, la région Grand Est et l’Union régionale des Médecins libéraux et bien entendu les patients et habitants représentés par l’association France Assos Santé, Strasbourg engage  sa candidature à cet AMI pour développer de nouveaux modèles sous le prisme de la prévention : prévenir l’hospitalisation mais aussi prévenir les inégalités d’accès aux soins avec des populations hétérogènes en faisant du citoyen un acteur de soin.

Pour atteindre son ambition et pour rester dans une logique de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé, plusieurs axes sont à repenser, notamment :

1.Transformer la prise en charge des personnes à risque élevé :

  • Mettre en place des parcours de soins personnalisés et intégrés
  • Déployer le sport santé sur ordonnance
  • Engager les équipes de soins et les citoyens dans des communautés autour des personnes fragiles
  • Impliquer les patients en leur donnant une place essentielle et innovante

2. Déployer une démarche de prévention auprès des populations à moindre risque (modes de vie)

  • Favoriser de manière massive la pratique de l’activité physique et notamment des modes de déplacement actifs pour l’ensemble de la population

3.Adapter le cadre de vie aux enjeux de santé publique :

  • Déployer des infrastructures favorisant l’activité physique pour tous
  • Renforcer les actions de santé environnementale fortement engagées

Le dossier justement titré « la santé en mouvements, une ambition partagée », se concentrera notamment sur le développement du numérique en santé et sur la pratique de  l’activité physique comme outil de promotion de la santé pour toutes les populations.

Le projet a été soutenu par les grand noms publics du territoires, entre associations et centres dont la renommée n’est plus à démontrer : l’association qui promeut l’expérience du patient ENCAPA, l’IGBMC, l’association Siel Bleu, l’IEEPI et le Centre Européen d’Etude du Diabète.

… aux partenaires privés

Les acteurs privés de l’environnement en santé se sont également mobilisés autour du dossier de candidature et ont souhaité manifester leur soutien : la société DOCAPOST, MEDTRONIC en tête, mais aussi la société MAINCARE, le groupe HAGER, le centre de Ressources Technologique AERIAL, la startup TOKTOKDOC, ALGAE NATURAL FOOD, PERSOMED, TRANSGENE, les laboratoires BIOGROUP, le Forum Living LAB et la startup FACILIEN.

Et maintenant ?

Une vingtaine de territoires d’intérêt national seront sélectionnés d’ici la mi-novembre pour bénéficier de cet accompagnement financier significatif et se préparer à l’étape suivante : l’appel à projets, fin 2018.

De par son approche partenariale, territorialisée et multisectorielle qui mobilise les solides ressources académiques, scientifiques, économiques, industrielles et sociales autant que publiques et privées du territoire, Strasbourg compte de sérieux atouts.

Le jury devrait être sensible à sa démarche tournée à la fois vers l’amélioration de la qualité de vie des habitants, vers le développement d’innovations technologiques et le partenariat avec le territoire rural des communautés de communes d’Alsace Bossue, du Pays de Hanau-la Petite Pierre et de la Région de Saverne.

Partagez cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *