Ouverture à Strasbourg du 1er centre E-santé diabète de France

sport santé

Le premier Centre e-Santé et Diabète ouvrira ses portes, à Strasbourg, en novembre 2020. Il est le résultat de deux ans de réflexion et de travail entre deux acteurs innovants complémentaires : le CeeD, un centre international de référence et d’innovation scientifique et médicale pour le diabète, basé à Strasbourg, et, LNA Santé, acteur de santé reconnu sur les secteurs du médico-social et du sanitaire.

Qu’est ce qu’un centre e-santé en diabète ? Ce nouvel établissement sera dédié à l’accompagnement et au suivi, en ambulatoire, de patients atteints de maladies chroniques, en particulier de diabète ou maladies métaboliques, ou à risque de l’être (prévention). Il s’appuiera sur l’innovation, tant au niveau des traitements et des soins proposés qu’en termes d’usages d’outils numériques, permettant ainsi la mise en oeuvre de parcours de soins innovants.
Alors que l’épidémie de COVID19 a fortement touché les personnes fragilisées par des maladies chroniques, en particulier de diabète, l’intérêt et la valeur ajoutée du futur Centre e-Santé et Diabète (CeSD) sont plus que jamais indiscutables.

La vocation du CeSD : accompagner soignés et soignants pour une prise en soin mieux adaptée aux maladies chroniques

La vocation première du CeSD, dans cet objectif, est d’assurer la télésurveillance médicale ou télé-suivi des patients atteints de diabète. Comme l’explique le Professeur Michel Pinget, Président du CeeD :

« Comme pour tout malade chronique, l’accompagnement du patient diabétique ne peut se limiter à des consultations médicales espacées, certes indispensables »

Au même titre que la maladie est chronique, le suivi doit être continu, en s’appuyant sur les nouveaux outils de la télémédecine et tout particulièrement, le télé-suivi.
Cette continuité de l’accompagnement renforce l’autonomie attendue des patients et, bien sûr, la prévention des complications du diabète.
L’épidémie de COVID-19 nous démontre combien un suivi au plus près des patients diabétiques aurait pris tout son sens pour limiter les risques par des actions de formation et de prévention auprès de ces populations hautement exposées médicalement.
Le Centre e-Santé et Diabète a non seulement pour objectif d’optimiser la prévention et la prise en soin en ambulatoire des sujets diabétiques, mais aussi des personnes en surpoids ou obèses, et à terme, tous types de maladies chroniques nécessitant un suivi au long cours. Le développement des projets de recherche clinique sera un axe fort du rayonnement de son expertise.

Un parcours personnalisé pour chaque patient et une prise en charge globale du diabète

Dans ce projet, le patient et son médecin traitant demeurent « le point de départ et le point d’arrivée », souligne le Professeur Michel Pinget qui insiste sur le fait que « la médecine gardera toujours une dimension présentielle essentielle ».
Le suivi permanent sera possible grâce aux informations et données fournies par les dispositifs médicaux connectés et traitées par les équipes médicales. Ces données seront captées à partir des systèmes de mesure de glycémie et d’administration d’insuline (lecteurs de glycémie, capteurs, pompe à insuline…).
Les patients suivis en proximité par l’équipe du CeSD, bénéficieront d’un bilan initial et d’une prise en soin individualisée, définie lors du premier rendez-vous physique. Une application mobile sera alors installée sur le smartphone patient pour la collecte et l’analyse des données. Le patient sera formé à sa bonne utilisation.
Si la glycémie mesurée par le dispositif médical connecté détecte un taux anormal, une notification se déclenchera et alertera l’équipe du CeSD. Celle-ci interviendra en fonction du niveau de sévérité de l’alerte. Le médecin traitant et l’équipe pluridisciplinaire pourront, à tout moment, être informés et consulter la situation de leur patient à partir de leur environnement informatique.

Au-delà du télé-suivi, les patients pourront bénéficier de tous les services offerts par la télésanté (téléconsultations, télé-expertises…) et de programmes d’éducation thérapeutique, en vue d’optimiser leurs parcours de soins en ambulatoire, notamment par des programmes d’activité physique sportive (APS) ou adaptée (APA). Des actions de dépistage et de prévention seront aussi réalisées.
La prise en soin se veut ainsi globale : améliorer la qualité de vie des personnes, améliorer l’efficience de la prise en charge des personnes atteintes de diabète et agir à toutes les étapes de la maladie ; prévention primaire, secondaire et tertiaire. Tels sont les objectifs du Centre e-Santé et Diabète.

Les ressources déployées pour le CeSD

Très concrètement, le CeSD s’installera à Strasbourg, dans des locaux neufs, d’une surface de près de 700 m². Ils accueilleront des cabinets médicaux et paramédicaux, un poste de soins infirmiers, un espace d’accueil, un centre d’appel spécialisé en diabétologie et maladies chroniques, des bureaux et des salles de réunion/formation. Un plateau de rééducation physique de 100 m² avec vestiaires, cabines, douches, etc. complètera le projet architectural du centre. L’équipe pluridisciplinaire rassemblera un pool de professionnels de santé : diabétologues-endocrinologues, internistes, pédiatres, gériatres, médecins généralistes, médecins du sport et de réadaptation. Elle comprendra également des infirmier(e)s, en particulier d’infirmier(e)s en pratiques avancées (IPA), diététiciens, psychologues, éducateurs médico-sportifs…
LNA Santé, assure toute la modélisation du projet aussi bien en termes juridiques, financiers qu’organisationnels. En effet,

« Dans ce type de structure innovante et partenariale, tout est à inventer et notre groupe dispose d’une véritable expérience dans ce type de montage. Le financement « au parcours » est particulièrement précurseur dans ce projet »,

précise Danièle Azoulay, Directrice d’Exploitation LNA Santé.

« Pour nous, ce projet répond à plusieurs objectifs : il vient renforcer des expertises déjà présentes au sein du groupe en diabétologie. A termes, il contribuera au maillage du territoire national en déployant progressivement de nouvelles antennes. Sans compter qu’à l’avenir, nous envisageons d’étendre ce mode d’accompagnement à d’autres pathologies métaboliques, ainsi qu’aux autres maladies… Bref, les perspectives sont très prometteuses ! »

 

Partagez cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *