{COVID19} des formations pour les médecins généralistes

echo-miniature

Les médecins généralistes sont en première ligne depuis le début de l’épidémie COVID19. Ils sont bien souvent le premier relai entre le patient et les services de soin de l’hôpital. Entre le coronavirus, les pathologies respiratoires classiques, les allergies, etc.., ces derniers peuvent facilement se sentir démunis face à des symptômes qui mutent et qui sont propres à chacun. C’est pourquoi, Yannick Schmitt, Maître de conférence en médecine générale ainsi que l’Université de Strasbourg et le GEPROVAS, ont choisi d’accompagner les médecins dans le dépistage et le suivi des patients en lien avec le COVID19 via 3 études cliniques et une formation à l’échographie. 

Récolter des informations fiables, allant des premiers symptômes aux suites post-covid19, tel est le voeu pieu des médecins généralistes. La démocratisation des échographes, bien que ne se substituant pas à des examens complémentaires, permet d’avoir une réelle visibilité sur la prévalence (ndlr : nombre de cas/100 ou %) des signes échographiques chez les patients présentant une infection respiratoire aiguë liée de façon présumée ou confirmée au COVID19 au moment de la phase d’aggravation (entre J5 et J10 du début des symptômes).

Trois études cliniques dans les cabinets médicaux

Les recherches menées par ces médecins se décomposeront en 3 phases d’études cliniques, toutes menées par le Professeur Yannick Schmitt :

  • étude 1 : étude de prévalence des signes cliniques et échographiques pulmonaires des infections respiratoires aiguës liées au COVID-19 en soins premiers
  • étude 2 : étude rétrospective descriptive des signes cliniques et échographiques pulmonaires chez les patients suspects de COVID-19 en soins premiers
  • étude 3 : étude de suivi de l’intérêt de l’échographie pulmonaire chez les patients suspects de COVID-19 en soins premiers

Ces études, liées à l’utilisation de l’échographie pulmonaire, devront permettre une facilité d’utilisation (car facilement transportable vers le patient) et dans le caractère rapide, non-irradiant, transportable et facilement accessible. La courbe d’apprentissage pour les médecins utilisateurs est relativement courte, de l’ordre de 10 examens en moyenne. Il faut donc, afin de mener a bien cette étude, former les médecins aux échographes et surtout aux images médicales liées au COVID19. C’est là que les partenaires universitaires et associatifs entrent en jeu. L’objectif est, de former rapidement et efficacement grâce aux webinar, simulations et suivis pédagogiques les médecins qui constitueront la cohorte.

De la théorie à la pratique

La formation est constituée :

  • d’une formation théorique par Webinar de 60 minutes, complété par une formation pratique,  « accompagnée » sur simulateur de 30 minutes par intervenant, suivi de 30 minutes de débriefing.
  • d’une formation pratique, sur place au GEPROVAS (Groupe Européen de Recherche pour les Prothèses Appliquées à la chirurgie vasculaire) et avec l’UNISIMES (Unité de Simulation Européenne en santé). Les médecins généralistes formés seront évalués par le formateur au bout de check-points à 0, 10 et 20 échographies pulmonaires selon un formulaire d’évaluation précis évaluant 10 paramètres notées de 0 à 3 (0 = novice, 1 = maîtrise insuffisante, 2 = maîtrise perfectible, 3 = bonne maîtrise). Cela permettra d’évaluer la courbe d’apprentissage. A chaque check-point, le médecin en formation réalise de façon autonome l’échographie pleuropulmonaire standardisée sur simulateur de 8 cas clinique simulés standardisés. Il sera supervisé à distance par un formateur « expert », un débriefing expert personnel est proposé après chaque check-point de simulation. Le temps de réalisation des cas cliniques d’échographie pulmonaire sera évalué à ces check-points.

    Les images réalisées par les médecins en formation sur 20 cas cliniques seront débriefées à la fin de la réalisation de 20 échographies pleuropulmonaires pendant 1 heure en présence de deux experts en échographie pleuropulmonaire. Le médecin en formation bénéficiera ainsi d’un retour d’expérience personnalisé et d’un accompagnement personnalisé d’un expert. Le médecin en formation, ainsi que chaque expert proposeront en aveugle un diagnostic syndromique suite à la projection des images. Une analyse de concordance sera réalisée sur ces résultats.

Ces formations seront dispensées par les experts du pôle de pathologie thoracique et le service d’anesthésie réanimation du Professeur Paul-Michel Mertes.

Former un bataillon de médecins pour le suivi du COVID19

Les objectifs de cette formation en lien avec les études est d’avoir, sur le territoire, des médecins généralistes en mesure d’identifier les risques pré et post COVID19 afin de réagir au plus vite face aux cas. Ces formations permettront également de lancer des études plus larges sur d’autres caractéristiques pulmonaires et d’avoir une base de données d’images médicales pleuropulmonaire exploitables pour anticiper certaines pathologies. Cette réactivité permettra en complément de faire remonter des données de santé publique et notamment repérer des signaux faibles en lien avec le COVID19, et d’avoir une banque de données images echocovid après validation d’une solution réglementaire.

Ce projet, fortement appuyé par le Doyen de la faculté de médecine, le Professeur Jean Sibilia, est également encouragé par des mastodontes industriels qui mettent leurs appareils au service de la formation (Simbionix et Philips). Le GEPROVAS met à disposition ses locaux et ses simulateurs et est le promoteur de l’une des études clinique. L’UNISIMES, spécialisée dans la formation par simulation met également un simulateur à disposition des médecins.

Partagez cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *