Deux start-ups Strasbourgeoises primées dans la santé !

vp + VR

Faste semaine pour l’économie locale dans le domaine de la santé : deux start-ups, Visible Patient et HypnoVR, ont été récompensées pour leur travail dans le domaine de la santé.  

Mardi 2 octobre, le jury de la Région Est d’Ernst & Young a remis le prix de la stratégie disruptive à Visible Patient. Après le prix de l’innovation  de l’Association Française de Chirurgie remis à Luc Soler, dirigeant de Visible Patient en septembre, la startup, créée en 2013, porte l’espoir de réduire les accidents liés à des erreurs lors des opérations chirurgicales, de raccourcir la durée d’hospitalisation et de diminuer le traumatisme chirurgical.

Stratégie disruptive : KEZAKO ?

S’écarter des sentiers battus, sortir des schémas de pensées classiques, s’affranchir des méthodes d’analyse traditionnelles, bousculer l’ordre intellectuel établi. Bref, renverser la perspective et reconsidérer une problématique de façon originale à partir des fondamentaux. Dans le cas de Visible Patient, rendre visible l’invisible, proposer un véritable GPS au chirurgien. En effet, Visible Patient, modélise, à partir d’IRM ou de scanners, un clone numérique du patient.

A chaque patient son clone 3D

Chaque patient présente une anatomie différente qui est d’autant plus difficile à définir que certaines pathologies modifient la vascularisation (sans compter la position ; debout ou couchée). De plus, si l’imagerie médicale renferme toutes les informations nécessaires pour recueillir la configuration anatomique spécifique du patient, elle est trop complexe pour que le chirurgien puisse reconstruire mentalement cette anatomie en 3D à partir de tranches 2D fournies par le système d’imagerie comme un scanner ou un IRM.
Visible Patient offre une solution connectée ultra-précise permettant d’extraire des modèles 3D de structures anatomiques ou pathologiques propres à chaque patient grâce à une combinaison d’algorithmes innovants et de systèmes de double contrôle assurés par l’homme. Visible Patient permet alors de visualiser le résultat sur un simple smartphone et de planifier l’intervention chirurgicale à partir d’un PC ou d’un Mac, grâce au logiciel Visible Patient Planning.

Comme une bonne nouvelle arrive rarement seule, Visible Patient a annoncé mercredi 3 octobre, son premier partenariat avec les complémentaires du Crédit Mutuel afin de prendre en charge à 100% les assurés qui auront accès à la technologie de Visible Patient.

Mercredi 3 octobre, la start-up alsacienne HypnoVR a été primée au salon CES Unveiled de Paris, considéré comme une préfiguration du CES de Las Vegas dans la catégorie « réalité virtuelle et augmentée ». La start-up crée en mars 2016 lors du Hacking Health Camp de Strasbourg enchaîne les succès et propose elle aussi une méthode « disruptive » pour les traitements des patients.

HypnoVR : une success story made in Strasbourg

En mars 2016, les docteurs Denis Graff et Chloé Chauvin, tous deux médecins spécialistes en anesthésie – réanimation et hypnopraticiens, participent au Hacking Health Camp de 2016. Le projet est lauréat et récompensé à trois reprises par un jury pluridisciplinaire ce qui motive les praticiens à fonder la start-up HypnoVR, qui est accompagné par la BPI au travers d’une bourse French Tech émergence. Dès lors, courant 2017,  ils s’engagent à faire la preuve de concept accompagnés par leurs partenaires, comme le prestigieux laboratoire ICube, ainsi que par celui qui deviendra le Directeur des opérations de la start-up, Nicolas Schaettel. L’équipe définit les champs thérapeutiques de leur projet : coloscopie, chirurgie pédiatrique, procréation médicale assistée, radiologie interventionnelle, chirurgie dentaire et va réussir à lever 700 000€ et être lauréat de l’appel à Projet Tango&Scan ce qui leur permettra de remporter 20 000€ supplémentaires.

L’hypnose comme alternative

Hypno VR utilise des casques de réalité virtuelle et développe des logiciels qui associent des techniques hypnotiques. Une stimulation de l’ensemble des sens, une focalisation de l’attention, une désorientation temporospatiale plongent progressivement le patient dans un état de conscience modifié qui le rend accessible à des suggestions de confort, de bien-être de guérison et diminue sa perception douloureuse.

En Suisse romande, c’est le médecin anesthésiste Alain Forster qui a introduit cette technique aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) dans les années 1970 pour soulager la douleur, notamment au moment des changements de pansements sur les grands brûlés.

Désormais, certaines opérations sont réalisées sous hypnose. Mais cela ne signifie pas que l’opération se pratique à vif. Cette technique, qui combine une anesthésie locale, une hypnose et éventuellement une légère sédation intraveineuse pour aider le patient à se détendre sans pour autant le faire dormir, est appelée hypnosédation. Pendant l’intervention, l’opéré est surveillé comme pour une anesthésie générale et peut être endormi à tout moment si cela s’avère nécessaire.

Contrepartie bénéfique pour le patient : moins d’effets secondaires, une diminution drastiques de complications liés à l’anesthésie et le post opératoire est amélioré. Le réel changement réside dans la prise en compte du patient comme acteur de son traitement : il n’est plus passif mais est un membre de l’équipe à part entière qui participe à son opération et doit se concentrer sur son état d’hypnose.

Vous pouvez retrouver ces deux étoiles montantes ici :

Visible Patient : site internet de la start-up 

HypnoVR : site internet de la start-up

 

Partagez cette page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *